Le pont-tunnel de la baie de Tokyo - Japon

Imprimer

Trans Tokyo Bay - Japan

Le pont-tunnel routier de la baie de Tokyo (15,1 km de long), également connu sous le nom d’« Aqualine de la baie de Tokyo », traverse la baie de Tokyo, reliant la ville de Kawasaki dans la préfecture de Kanagawa et la ville de Kisarazu dans la préfecture de Chiba, au niveau de la péninsule de Boso.

Le trajet de Kawasaki à Kisarazu durant à peine 15 minutes, l’autoroute joue un rôle économique vital en intégrant ces deux sites industriels importants.

Les sites étant normalement séparés par un trajet d’une centaine de km passant par le centre de Tokyo, l’Aqualine permet donc de réduire la congestion du trafic du réseau routier métropolitain.

Au moment de son ouverture en décembre 1997, le coût total de sa construction était estimé à 11,2 milliards de dollars US.

La construction de l’Aqualine a démarré en 1989, après 20 ans d’études, et a duré neuf années.

L’Aqualine est constituée d’un tunnel creusé au tunnelier de 9,5 km de long (le tunnel de la baie de Tokyo) et d’un pont de 4,4 km implanté entre une île artificielle et le débarcadère de Kisarazu.

Le diamètre de cet ouvrage est le plus grand diamètre de tunnel sous-marin creusé au tunnelier, utilisé pour la circulation des véhicules à moteur. Le diamètre externe (incluant le revêtement en voussoirs) est de 13,9 m, et le diamètre interne de 11,9 m, permettant l’aménagement de deux voies de circulation dans les deux sens.

Le volume du trafic maritime est extrêmement important dans la baie de Tokyo. Il fallait donc laisser suffisamment de voies de navigation pour ne pas perturber le trafic et également tenir compte d’autres facteurs, ce qui a conduit les auteurs du projet à concevoir un tunnel sous-marin pour le premier segment d’une dizaine de kilomètres, au départ de Kawasaki.

La liaison jusqu’à Kisarazu, soit environ 5 km, est assurée à l’aide du pont.

L’Aqualine de la baie de Tokyo comprend deux îles artificielles – celle de Kawasaki, située à mi-chemin du tunnel sous-marin, et celle de Kisarazu (appelée également « Umihotaru », le nom donné en japonais à un crustacé local de 3mm de long, possédant des organes lumineux) où se trouve la jonction entre le tunnel et le pont.

Pour en savoir plus